Ateliers & conférences

[:fr]Que vous faut-il pour devenir un entrepreneur aux Pays-Bas?, par Natacha Villedieu-Silvestre[:]

[:fr]En marge de sa participation à Objectif Emploi 2016, retrouvons Natacha Villedieu-Silvestre, experte en accompagnement de créateurs de petites entreprises aux Pays-Bas depuis 2011. Fondatrice d’Optirisk Solutions, elle animera l’atelier « Que vous faut-il pour devenir un entrepreneur aux Pays-Bas ? ».

*****

Quelles sont les qualités requises pour être un entrepreneur aux Pays-Bas ?

Natacha Villedieu-Silvestre : Il faut être persévérant, ne pas avoir peur de prendre des risques et ne pas hésiter à être « out of the box ». Les Pays-Bas sont un pays où l’on autorise beaucoup plus à l’erreur qu’en France. Ça fait partie de leur culture. Autres prérequis : un bon bagage technique et la capacité à bien savoir s’entourer de compétences et d’un bon réseau. Pour résumer : une bonne idée, un bon projet, du réalisme et beaucoup de pragmatisme ; le reste est un partage de connaissances. Je pense qu’être entrepreneur est une véritable opportunité pour contribuer et apporter des changements bénéfiques dans le monde environnant.

Quels seront les points clés abordés lors de votre atelier du 12 avril ?

Natacha Villedieu-Silvestre : Je parlerai des étapes, des ressources et des outils clés pour établir la maturité et la faisabilité d’un projet. L’idée est de donner un « business kit » pour pouvoir avancer et contourner certains obstacles. Par exemple en ayant une bonne information, on peut éviter soit une amende, soit une perte de temps pour optimiser son activité. Ensuite je rappellerai des notions de base de finance et je ferai un point sur l’approche clientèle. Il s’agira aussi de faire une sorte de « Zzp dating » où chacun se présentera comme s’il était devant un client. Les participants pourront donner leur point de vue dans un esprit bienveillant. Je souhaite qu’ils puissent repartir en se disant « sur ce point, je peux y arriver » ou « pour cet aspect, j’ai besoin de faire appel à quelqu’un ; en conséquence, je mets de l’argent de côté et cela fait partie de mon business plan ».

Etre entrepreneur est-il un moyen pour trouver plus facilement du travail ?

Natacha Villedieu-Silvestre : Je pense que c’est une opportunité mais elle n’est pas adaptée à tout le monde. Lorsque le marché de l’emploi est sous tension, avec beaucoup de personnes en recherche, être entrepreneur permet d’appréhender différemment le monde du travail et d’être plus proactif. En effet, vous avez un outil qui offre la possibilité d’avoir plusieurs clients et qui pousse à être plus dynamique. D’autant plus que ces entreprises n’ont pas à payer les cotisations sociales. Ce statut offre ainsi une plus grande liberté et la possibilité de déduire davantage de frais qu’un salarié. En contrepartie, cela génère plus de pression car c’est à l’entrepreneur de tout prendre en charge (assurance santé, chômage…).

Quelles sont les professions qui utilisent ce statut ?

Natacha Villedieu-Silvestre : Je rencontre beaucoup de gens dans le domaine du marketing, du graphisme, du web, de la communication mais aussi de la restauration et de la logistique. De nombreuses personnes souhaitent garder une certaine liberté et pratiquer leurs tarifs. En 2014, on comptait près de 880 000 Zzper’s aux Pays-Bas. Mais ce choix a un coût car il faut notamment prendre en charge son assurance personnelle. Par ailleurs, je constate le nombre grandissant de quarantenaires profitant d’une opportunité d’expatriation pour mettre en place un projet.

Qu’est-ce qui vous plaît dans le mode de fonctionnement professionnel néerlandais ?

Natacha Villedieu-Silvestre : Je n’ai jamais travaillé dans une entreprise néerlandaise puisque je suis à mon compte. Mais j’apprécie l’équilibre que l’on peut trouver ici ; il donne une grande force sur la gestion de sa vie personnelle et professionnelle. On a une grande liberté même si on doit gérer un grand nombre de contraintes. Du coup l’activité professionnelle est extrêmement efficace. L’approche très pragmatique de la connaissance est aussi très agréable tout comme ce côté « Let’s do it » que j’avais déjà rencontré à Hong-Kong ; on fait toujours un essai plutôt que de rester dans l’inaction, ce qui est très motivant.

Auriez-vous un conseil pour des (futurs) expatriés ?

Natacha Villedieu-Silvestre : Apprendre le néerlandais car il est nécessaire pour faire du réseau, pour appréhender la culture. En effet, n’est-ce pas une des raisons de leur (future) venue aux Pays-Bas ?

[table id=8 /][:] Facebooklinkedinmailby feather